Echouer puis réussir : comment rebondir après un échec ?

A en croire de nombreux experts, échouer serait bon pour réussir ! Planter un projet ou une entreprise n’est pas indispensable pour arriver ensuite vers le succès, mais de nombreux entrepreneurs aujourd’hui reconnus ont essuyé un ou plusieurs échecs dans leur vie. Henry Ford, Bill Gates, Walt Disney… Pourquoi l’échec est-il souvent salvateur ? Quelles sont les étapes pour se relever ?

Rebondir nécessite du temps, et une vision proactive

Les études le prouvent : un entrepreneur peut apprendre de l’échec de son entreprise une fois qu’il est capable d’utiliser les informations liées au « pourquoi » de cet échec, et les mettre en action pour son nouveau projet. Echouer peut « nourrir » l’entrepreneur que vous êtes, qu’il s’agisse d’un échec de projet ou plus important, d’entreprise. Dean Shuperd expliquait cette faculté de se relever après un échec en 2003 dans l’Academy of Management Review, au travers d’un article qui fait aujourd’hui figure de référence à propos du rebond après un échec [i]. Mieux, il expliquait que cet apprentissage n’est pas immédiat, mais nécessite au contraire le temps de digérer l’échec : « L’échec n’est plus douloureux lorsque le fait de penser aux événements qui ont entrainé cet échec ne génèrent plus de sentiments négatifs. Les personnes pour lesquelles l’échec est très douloureux en tirent moins de connaissances que les personnes pour lesquelles la douleur est passée et moindre ».

Pour bien se relever après un échec, il faut donc du temps, et surtout être proactif. Selon la place qu’occupait l’entreprise ou le projet dans la vie de l’entrepreneur avant son échec, il est important d’avoir ce comportement proactif, et ne pas « tout couper » du jour au lendemain. Occuper son esprit, faire « autre chose », c’est une voie vers la guérison et une étape importante pour panser les plaies.
reussir

Les étapes pour rebondir après un échec

Si vous venez d’essuyer un revers dans votre vie d’entrepreneur, le moment de remonter la pente est venu. Voici les étapes clés de ce retour en force, pour vous aider à être « Back in the business ![ii] » (de retour aux affaires).

Etape 1 : Accepter l’échec

La première étape, peut-être la plus difficile, consiste à accepter l’échec. Une étape difficile à passer même pour un entrepreneur aguerri. Nous ne sommes pas encore dans la phase d’analyse de l’échec (étape 2) mais simplement dans son acceptation. Il faut être conscient que cette aventure est terminée. Fin.

Etape 2 : Réfléchir aux racines de l’échec

Il n’existe pas forcément une cause aux origines de l’échec. Les raisons qui ont amené à l’échec peuvent être liées à des décisions prises en interne, à un événement extérieur… Parfois c’est justement le manque de décisions et d’actions qui conduit au plantage. Essayez de placer des mots et d’identifier une origine.

Etape 3 : Assumer sa responsabilité

Même si l’échec n’est pas directement lié à votre action, assumez votre part, et faites en sorte que cela n’arrive plus ! Echangez avec les collaborateurs, soyez ouvert aux discussions, et prenez la responsabilité afin de conduire le changement.

Etape 4 : Trouver de nouvelles solutions

Un échec nécessite ensuite un ou des changement(s) : recruter quelqu’un, licencier quelqu’un, changer une procédure, instaurer de nouvelles validations. Les solutions sont nombreuses, alors prenez le temps de trouver les bonnes pour votre cas.

Etape 5 : Définir un nouvel objectif

Afin d’avoir un discours de nouveau positif, il vous faut une nouvelle vision. Définissez de nouveaux objectifs, cohérents avec vos nouvelles pratiques.

 


[i] https://www.researchgate.net/profile/Dean_Shepherd2/publication/255625548_LEARNING_FROM_BUSINESS_FAILURE_
PROPOSITIONS_OF_GRIEF_RECOVERY_FOR_THE_SELF-EMPLOYED/links/53edfdae0cf26b9b7dc63dbb.pdf

[ii] https://www.youtube.com/watch?v=pr2teZ-xSo4