Internet au travail : quelle règle mettre en place en entreprise ?

Impossible ou presque d’interdire l’utilisation d’Internet au travail ! Pour les chefs d’entreprise qui veulent tout réguler, et qui voient dans l’utilisation d’Internet à des fins personnelles une dérive et un risque pour la productivité, il faut pourtant se faire une raison. En effet, la loi au sujet des usages d’Internet sur le lieu de travail recommande une utilisation raisonnable, mais ne bannit pas totalement l’accès à la toile. Alors entre laxisme ou sévérité, quel équilibre trouver ?

La tolérance comme règle

Le contrôle de l’utilisation d’internet et de la messagerie électronique est un sujet essentiel régulé par la Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL). Cette institution prône la tolérance, et invoque notamment l’intelligence des utilisateurs en appelant à une utilisation raisonnable : « L’utilisation, sur les lieux de travail, de ces outils informatiques à des fins autres que professionnelles est généralement tolérée. Elle doit rester raisonnable et ne doit pas affecter la sécurité des réseaux ou la productivité de l’entreprise ou de l’administration concernée ».

Voilà une position assez floue… Il faut alors creuser un peu plus pour découvrir quelques règles recommandées par la CNIL à destination des employeurs. Ainsi, on apprend que l’employeur peut fixer les conditions et limites de l’utilisation d’internet. En tant que chef d’entreprise, vous pouvez notamment mettre en place un dispositif pour filtrer l’accès à certains sites que vous ne souhaitez pas autoriser. Vous pouvez également limiter l’accès à Internet si cela se justifie du point de vue de la sécurité de votre organisation, et notamment refuser le téléchargement de logiciels ou l’accès à des forums ou des systèmes de chat en ligne. De même, il n’est pas interdit de refuser l’accès à une boîte email en ligne, du fait du risque apporté par les virus, qui circulent via le courrier électronique.

tolérance internet

 

L’information des salariés comme pierre angulaire

Si vous disposez d’une réelle liberté pour imposer des conditions d’utilisation d’Internet dans votre entreprise, vous devez toutefois respecter une obligation d’information des salariés. Ainsi, une consultation du comité d’entreprise est obligatoire si vous mettez en place un contrôle de l’utilisation d’Internet. Les salariés doivent aussi être informés si un dispositif de contrôle de leur navigation est mise en place, et si des procédures disciplinaires peuvent être engagées sur la base des fichiers collectés et analysés.

« Lorsque l’entreprise ou l’administration met en place un dispositif de contrôle individuel des salariés destiné à produire un relevé des connexions ou des sites visités, poste par poste, le traitement ainsi mis en œuvre doit être déclaré à la CNIL ».

Quels sont les outils que vous pouvez concrètement déployer pour contrôler l’accès à Internet de vos salariés ?

  • Des outils de gestion des accès, qui permettent d’établir une liste noire de sites qui ne peuvent pas être consultés, et au contraire une liste blanche de sites validés. Cette solution permet de limiter la dispersion des utilisateurs, et de contrôler l’usage poste par poste;
  • La gestion des plages horaires est également une solution pour réguler l’accès à Internet des employés. Vous pouvez donc interdire tout accès à Internet pendant des heures de bureau, et même pendant certaines plages horaires spécifiques comme la pause déjeuner ;
  • Autre piste à suivre qui permet de contrôler l’accès aux données sans avoir une position trop restrictive, le contrôle de la gestion des flux de données. Il est possible en effet de surveiller les échanges de données sur votre réseau, et ainsi de détecter un volume anormal, qui peut notamment indiquer la présence d’un téléchargement, potentiellement dangereux.

Contrôler l’accès à Internet des salariés et apporter des bornes permet de protéger votre parc informatique, d’empêcher la divulgation d’informations ou de données sensibles, mais également de ne pas mettre à mal la responsabilité juridique du chef d’entreprise en cas de problème. Il convient toutefois de trouver un bon équilibre entre rigueur et tolérance… une équation qui diffère d’une entreprise à une autre, d’un secteur à l’autre.

danger internet