Le co-living, nouvelle tendance de l’immobilier ?

A peine êtes-vous déjà familiers avec le coworking qu’une nouvelle tendance arrive : le co-living. Une nouvelle façon de travailler qui associe les atouts du coworking et de la colocation. Vivre et bosser au même endroit, ça vous tente ? On vous explique tout.

 

Travailler ensemble, et pourquoi pas vivre ensemble !

A l’origine du coworking, le constat partagé par de nombreux indépendants que travailler seul, chez soi, ce n’est pas toujours LA solution. Alors, depuis une vingtaine d’années, le mouvement de développement du coworking a permis à des espaces partagés de naître. Dans un « tiers-lieu », on peut se retrouver entre freelances et travailler. Mieux, même si chacun gère son bateau, il est devenu possible de trouver des synergies, des collaborations, bref, de faire grandir son projet. Le coworking aide chacun à faire grandir son projet professionnel.

Le coworking est aujourd’hui une forme d’organisation du travail qui parvient à maturité. En témoigne le nombre d’espaces accessibles à Paris et en province. Il est devenu simple, même dans des villes de taille modestes, de trouver des bureaux qui se partagent. Mais une nouvelle vague arrive avec le co-living. Les racines du coworking sont reprises, mais poussées encore plus loin.

Les travailleurs indépendants se retrouvent dans un espace aménagé spécialement pour travailler… et vivre ! Une maison ou un appartement, pensés pour une utilisation professionnelle, sont aussi aménagés avec des espaces de vie.
 

Le co-living, des bureaux et un logement pour le même prix

La tendance co-living émerge des Etats-Unis, et prend naissance notamment à San Francisco, ville connue pour son caractère pionnier dans bien des domaines. Là-bas, des maisons sur le principe du co-living existent déjà. Une sorte de version 2.0 de la colocation entre copains, avec dans un coin de la tête le besoin de travailler. Mais des espaces existent dans de grandes villes (New-York, Londres, Berlin) et n’ont rien à voir avec la petite maison sur la côte partagée entre amis. Il s’agit d’immeubles découpés, aménagés, optimisés, avec tous les codes du monde hôtelier repris pour en faire des espaces qui mixent vie et travail.

La génération des millenials, qui débarque sur le marché de l’emploi, peut-elle structurer ce nouveau mode d’organisation de la vie personnelle et professionnelle et l’embrasser ? L’intimité est-elle en train de reculer à sa portion la plus fine, pour voire émerger des lieux qui font tomber la frontière pro/perso déjà ébranlée ?

Certains voient dans le co-living un phénomène qui va débarquer dans les grandes villes du monde, là ou les prix de l’immobilier sont les plus élevés. C’est en effet là que le co-living semble le plus justifier son principe. Plutôt que de louer un appartement et un bureau dans Paris, le co-living permet de mixer les deux, et donc d’économiser chaque mois. Une tendance qui répond ainsi à des contraintes économiques, tout en collant à l’air du temps du « tout communautaire ».

Il faut en effet en parler au présent dans la capitale, car des espaces de co-living existent déjà. Colonies propose en effet trois adresses en France, avec Arsenal et La Défense dans Paris, puis un autre lieu à Fontainebleau. De magnifiques studios, des services sur-mesure (ménage, lessives) et bien entendu le wi-fi, sans oublier des espaces partagés et la promesse de découvrir une super communauté, venue de tous horizons.